interview de rôlistes sur The Secret World. 2

1280-the-secret-worldVoilà le second d’une série d’interview de rôlistes sur divers MMORPG. Il faut savoir déléguer, je n’ai pas la volonté de jouer à tous les jeux et surtout, surtout, je n’ai pas les moyens de le faire réellement (en temps).

Ici il ne s’agit pas tant de faire un papier objectif sur un jeu (de toutes façons je ne suis pas sûre que je pourrais jamais être vraiment subjective sur quoique ce soit), mais de recueillir les impressions de joueurs qui sont investis sur les jeux que moi je ne connais pas. Ça m’évitera de dire des âneries (oui, oui, même à moi ça peut arriver ^^)

Celle-ci traite donc de the Secret World, comme le titre de l’article l’indique.

Il y a longtemps de cela, un ami de jeu m’a dit sur un forum « tu ne trouveras jamais le jeu que tu cherches ».
Il n’avait pas forcément tort, mais TSW (The Secret World) est très proche de ce qui me convient le mieux.

Ayant joué (dans l’ordre) à Shadowbane, World of Warcraft, Guild Wars 1, Lord of the Ring Online, Aion, Star Wars The Old Republic, Guild Wars 2 (et testé ici ou là quelques autres pour de courtes durées), j’avoue que j’ai totalement accroché à TSW.
Difficile d’expliquer pourquoi je m’y sens aussi bien, mais on va essayer de présenter la chose.

TSW1Achat du jeu.

TSW est actuellement un jeu « Buy To Play » (BTP), ce qui signifie qu’une fois acheté le jeu, vous avez accès sans restriction à tout le jeu jusqu’à l’update 4 et cela sans abonnement.

Chaque update comporte de nouvelles missions, de nouvelles armes auxiliaires, parfois de nouveaux raids, ainsi que de nouvelles régions dans le futur.

Les updates sortent environ tous les deux mois au rythme actuel et généralement vendus pour l’équivalent de 10 euros.

Le tout est complété par un magasin où l’on trouve en vrac vêtements, tenues, pets, potions. Les potions sont des accélérateurs, on peut donc très bien s’en passer, et les vêtements sont en complément de ceux que l’on peut acheter dans le cadre du jeu.

Création du personnage

Pas forcément le point fort de ce jeu, la personnalisation se limite au visage et à un curseur de taille, les options sont limitées (du même ordre que SWOTR ou LotRO, meilleur donc que WoW ou GW 1, mais moins bon qu’Aion ou Guild Wars 2).

Cela dit, et c’est une première dans un jeu occidental, j’ai pu créer un personnage masculin charismatique, un point essentiel pour apprécier mon personnage.

Curieusement, c’est peut-être le personnage féminin qui est le plus difficile à réaliser. Disons que le genre étant plus orienté « athlète » que « bimbo », mais là aussi, en jouant un moment, il est possible d’avoir des résultats intéressants.
Les visages manquent souvent d’un rien de chaleur, mais en contrepartie on est pas limité dans un choix de faces d’adolescents genre manga (bonjour GW2). On peut faire des personnages, âgés, encore que là aussi, forcément athlétiques.

De manière générale, la personnalisation doit tenir compte des vêtements (voir plus loin) au vu des options physiques limitées en nombre.

La création du personnage implique le choix d’un pseudonyme qui doit être unique, le prénom et le nom étant libre.

La création implique également un choix parmi les trois factions  du jeu.TSW2
Appartenir à une faction implique une ligne d’histoire personnelle spécifique à celle-ci et limite le genre de cabale (mot local pour guilde, chaque cabale est liée à une faction). En revanche, hors PvP, rien ne vous empêche de discuter ou de grouper avec des gens d’une autre faction.

Notons que les informations reçues sur le monde, comme le point de vue sur celui-ci, varient grandement selon votre faction.

 

Gameplay

Pas forcément l’essentiel quand on parle RP, mais un bref condensé sur la chose.

Pas de classe et pas de niveau.

Il n’y a pas de classe, c’est à vous de faire vos choix, d’apprendre ce que vous désirez et de trouver les synergies qui vous conviennent. Les amateurs de GW1 s’y retrouveront très vite, peut-être plus vite que s’ils jouaient à GW2.

Le reroll n’a vraiment d’intérêt que si vous vous connaitre le point de vue de chaque faction, car tôt ou tard, vous pourrez tout faire en termes de capacités de gameplay, parce que vous connaitrez tous les pouvoirs.

Quoi qu’il en soit, rien ne vous empêche de « limiter » les connaissances de votre personnage, même si vous avez débloqué tous les pouvoirs comme joueur.

Il n’y a pas de niveau, mais en revanche l’équipement fait toute la différence.

TSW3Notons que l’équipement est entièrement dissocié de l’apparence affichée de votre personnage : l’équipement est basé sur des bijoux et des armes (ces dernières peuvent voir leur aspect modifié), alors que l’apparence est basée sur les vêtements qui n’ont aucune influence sur les caractéristiques.

Au fur et à mesure du jeu, il est parfaitement possible de se créer l’équipement qu’il faut à travers ce que l’on ramasse, que ce soit en matières premières ou en « outils », nom local pour « recette de craft ». L’artisanat est très simple et n’implique pas de farm massif d’éléments pour avoir le niveau, etc … enfin le genre de truc bien lourd pour vous obliger à grinder comme un porc et ne jamais réellement pouvoir fabriquer ce dont vous avez besoin sur le moment (coucou GW2).

Il y a bien un bon gros grind massif pour les amateurs, mais c’est uniquement en end-game, PvE HL and Co.

Les combats sont assez clairs, encore qu’il faudra très vite s’habituer au fait qu’il faut bouger, beaucoup bouger. Mais il y a des aides pour cela, indiquant souvent ce que l’ennemi est en train de préparer et la zone concernée. Sauter, éviter et surtout courir en cercle deviennent une seconde nature.

Il y a huit régions, chacune contient une « instance ».
Ces dernières sont presque dépourvues de trash-mobs et il faut compter environ une heure pour les réaliser avec les explications.
Bien plus que dans d’autres jeux, j’ai trouvé que ces instances apportaient un réel  plus à l’histoire, approfondissant l’histoire locale. Notons que par deux fois déjà, des quêtes ont été ajoutées pour permettre d’approfondir le background des instances, permettant après avoir fait celles-ci de mieux comprendre la situation.

Ambiance

Je me suis intéressé à TSW parce que je venais de relire Charles Stross (je recommande).
Pour les amateurs de Lovecraft, Haven, Momie (pas la 3), Indiana Jones, Supernatural, King, … c’est un must.

TSW4La réalisation graphique me plonge dans l’ambiance, et j’ai eu un coup de foudre pour les PNJs.

Ces derniers sont certes limités en nombre, mais non seulement ils ont plein de choses à vous dire sur le monde (dans leur langage spécifique), mais chaque mission principale vous donne droit à une cinématique de grande qualité. Contrairement à SWTOR qui a dépensé des fortunes pour faire une mise en scène intéressante de votre personnage ou GW2 qui s’est contenté d’une mise en scène affligeante de votre personnage, les cinématiques de TSW mettent en scène le PNJ.

Non seulement on évite les écueils précédents, mais cela donne au PNJ une densité que je n’avais jamais rencontré. En fin de compte, dans ce jeu, les PNJs sont de meilleurs rôlistes que 95% des joueurs.

Parmi les succès possibles, il y a la présence des « compendiums », des fragments d’informations sur le monde que l’on trouve disséminés un peu partout, surtout dans des endroits qu’il faut fureter.
C’est un agréable passe-temps d’explorateur et la qualité des textes est excellente.

Deux choses dérangeantes néanmoins :

1)      Si les zones sont intelligemment faites, elles restent néanmoins trop petites à mon goût.

2)      Il y a un rien trop de monstres au m2 à mon goût. Je présume que c’est lié à la sensation que les cartes sont un rien trop petites.

 

Choses inutiles, donc indispensables

TSW est le seul jeu actuel qui régulièrement ajoute des petits plus à destination des rôlistes.

En vrac :

TSW5Magasins de vêtements en jeu, futur boutique de tatouages qui devrait arriver, salon de coiffure et chirurgie esthétique.

Les distributeurs de boissons distribuent vraiment des boissons, il y a des vendeurs de nourritures avec des mets variés, un large assortiment de boissons (voire des cigarettes) auprès des barmans, s’assoir sur un banc ou une chaise. Pour l’instant ces fonctionnalités sont très implémentées à Londres qui est considéré comme le hub social, il serait agréable qu’elles soient étendues dans tous les endroits concernés.

Note amusante, c’est bien le seul jeu où l’on peut louer des chambres à l’heure à l’hôtel (une fonctionnalité qui devrait être de base dans GW2 j’ai l’impression).

Les emotes sont nombreuses et assez bien réalisés d’ailleurs.
Un plus qui demande un peu de travail, c’est qu’il est très facile de créer des « scripts », des petits fichiers texte à placer dans le répertoire « scripts » et qui permettent en tapant leur nom dans la fenêtre de dialogue d’afficher directement des textes d’emote et des emotes.

Il existe aussi un script qui permet d’accéder facilement à toutes ces emotes.

Une fonctionnalité étrange et sous-exploitée, le Théâtre de Londres.
Louer la scène pour répéter une pièce, gérer le décor et les éclairages, et donner une représentation.

Notons que l’endroit est très beau … avec bars et serveurs (voir note plus haut).

Marcher, courir, s’habiller comme on veut (là aussi, un excellent addon permet de gérer sa garde-robe), avoir des poses de repos différentes, s’allumer une cigarette et se retrouver dans un petit nuage de fumée ou boire une bière, il y a plein de choses qui permettent de mettre en scène son personnage et d’avoir la classe. Surtout avoir de la classe, ou à défaut, avoir du style.

Mais alors, quels sont les défauts ?

TSW6À mon sens, ce jeu a deux problèmes :

1)      En raison de résultats moins bons que prévus, l’équipe de base a été sensiblement dégraissée. Le problème, c’est que si leurs résultats financiers sont meilleurs, la régularité des ajouts en a pâti, ainsi que, et c’est selon moins un problème qui prend importance croissante, le contrôle de qualité. Il y a de petits bugs ici et là, pas forcément au point d’empêcher de jouer, mais qui en s’accumulant ont tendance à agacer à la longue.

2)      Comme d’autres jeux récents, il est possible de se regrouper en « inter-serveurs ». Vous pouvez vous grouper avec n’importe qui, en prenant rendez-vous avec lui, vous changez de serveur. C’est pratique, mais cela dessert la notion de communauté.
Il existe un serveur RP international (multi-lingues) et un serveur français. Le choix entre les deux a été difficile, j’ai préféré choisir la langue, ne maitrisant pas assez l’anglais pour faire du RP comme je l’entends.
Le truc, c’est que tout cela rend très difficile le RP de rencontres, fortuit, ou le RP jouant sur la durée, les rencontres, vu que les joueurs RP sont disséminés.

Pour terminer, je dirais que la communauté RP existe, mais qu’elle est handicapée à la fois par l’unité de lieu, l’absence de succès médiatique du jeu qui limite la taille de celle-ci et par une certain inconstance des joueurs, le jeu n’étant pas avec abonnement, les joueurs y jouent à un rythme plus … aéré.

Merci Adrian !

Déposez ici votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :